Des cimaises à la rue

En mai, deux nouvelles fresques ont vu le jour sur les murs de la ville dans le cadre d’expositions temporaires d’art contemporain. Le Wiels et la galerie Mhaata ont tous deux fait appel à la Ville de Bruxelles pour offrir à leurs artistes exposés la possibilité de réaliser une œuvre en espace public.

Rue des Chartreux

Dans le cadre de son exposition « Le musée absent » visible jusqu’au 13 août, le Wiels a commissionné une œuvre à l’artiste écossaise Lucie McKenzie. Celle-ci a imaginé une composition rendant hommage tout à la fois au parcours BD et aux oeuvres d’art urbain qui ornent les rues de Bruxelles ainsi qu’aux femmes dans l’espace public. L’artiste utilise le style graphique de la bande dessinée pour illustrer des images d’architecture ou des figures mais s’en détache par la répétition de ses dessins. L’œuvre intitulée « In My Area (For Kato) » est située rue des Chartreux numéro 39. Le collectif bruxellois Farm Prod en a assuré la réalisation.

Rue Léopold

Ouverte en mars dernier dans les Marolles, la Galerie Mhaata (rue des Capucins 37-39) consacre une exposition temporaire à l’artiste ukrainien Roman Minin jusqu’au 2 juillet. Présenté pour la première fois en Belgique, l’artiste peintre, graphiste et scénographe est aussi graffeur. Pour cette raison, il a souhaité réalisé une œuvre à Bruxelles. La Galerie a donc sollicité l’Echevinat de la Culture pour trouver un mur. Un propriétaire privé qui avait répondu à l’appel aux murs lancé en décembre dernier a accepté avec enthousiasme d’accueillir celle-ci sur son mur, rue Léopold, juste derrière le Théâtre Royal de la Monnaie. L’œuvre s’intitule « Donbass garden » : « Donbass » en l’honneur de sa région natale et « garden » en clin d’œil à la plaine de jeu où elle prend place. Le Donbass connait encore aujourd’hui une intense activité minière qui inspire toute l’œuvre de Roman Minin. Se mêlent aussi à son œuvre des icônes du folklore populaire orthodoxe et de la poésie. Pour cette fresque, il s’est inspiré des dorures de la Grand-Place et de l’opéra ainsi que de l’orange des panneaux de circulation mobiles. A découvrir !

(c) Galerie Mhaata

Ces deux fresques viennent enrichir le parcours Street Art, aujourd’hui en pleine expansion.

 

 

Articles associés

Laisser un commentaire