Rencontre avec la nouvelle directrice de la Montagne magique

Le Conseil d’administration de l’ASBL la Montagne magique, Théâtre des jeunes de la Ville de Bruxelles, a annoncé lundi 20 octobre la nomination d’Anne-Catherine Kroonen en tant que nouvelle directrice générale et artistique de la Montagne magique.

4. montagne magiqueEn juin prochain, les directeurs, Roger Deldime et Jeanne Pigeon, cèderont les rênes du théâtre de la Montagne magique qu’ils ont créé voici 20 ans. Soucieux d’assurer une succession réfléchie et harmonieuse, le CA a lancé, en juin dernier, une procédure qui s’est achevée avec la désignation d’Anne-Catherine Kroonen.

Née en 1975, Anne-Catherine Kroonen est licenciée et agrégée en Langues et Littératures Romanes (UCL) et licenciée en Mise en Scène (INSAS). Elle est actuellement Directrice artistique de la Chambre des Théâtres pour l’Enfance et la Jeunesse. Sa candidature a convaincu le jury et le CA pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle connait en profondeur le théâtre jeune public et jouit d’une expérience de plusieurs années dans ce secteur. Ensuite, le projet qu’elle porte repose à la fois sur la continuité des activités de diffusion et d’éducation aux arts de la scène développées par la Montagne magique au cours de ces 20 dernières années, tout en y apportant sa propre réflexion, sa vision du secteur et du rôle que peut revêtir un tel lieu. Enfin, elle incarne une personnalité à la fois capable de succéder à la direction actuelle et de représenter l’institution à l’extérieur.

Comment vous êtes-vous intéressée au théâtre jeune public ?

« Au sortir de mes études, j’ai été chargée de projets, d’animation et de programmation Jeune Public au Centre culturel d’Evere. Mais j’ai véritablement découvert le théâtre jeune public à l’occasion d’un spectacle du Bronks à Bruxelles 2000. J’étais surprise de la liberté de création que s’étaient donnés les artistes. Cette démarche artistique un peu différente m’a tout de suite intéressée. Ce que j’aime dans le théâtre jeune public, c’est qu’il touche aussi les adultes. Et c’est cette rencontre avec toutes sortes de publics (scolaire, famille, enseignants et futurs enseignants, enfants, jeunes, professionnels…)  qui me passionne. ».

Comment comptez-vous assurer la relève ?

« Une des marques de fabrique de la Montagne magique est de ne s’être jamais enfermée dans un cadre et de s’être donnée la liberté de réinventer. Je compte poursuivre ce qui a été mis en place et développé par Roger Deldime et Jeanne Pigeon en matière de spectacles, de formations et d’accueil des publics. Je ne veux pas être dans la rupture. Je veux prendre le temps de faire connaissance avec l’équipe et je veux également prendre le temps de rencontrer les différents publics pour travailler à la proximité. L’idée de la Montagne magique est d’être un lieu d’éducation par le théâtre et je continuerai à développer l’important volet de formations. Cela ne veut pas dire que le théâtre est un outil pédagogique ou éducatif. Mais le théâtre éduque en soi, car c’est un art collectif, un art vivant. Je continuerai les résidences en portant une attention particulière à la jeune création et à l’accompagnement des jeunes compagnies. J’attache également de l’importance au fait de continuer à proposer des spectacles belges et internationaux. »

Une manière d’aller à la rencontre des publics ?

« J’ai envie de faire ce que j’appelle des « temps d’infusion » : inviter une compagnie à investir entièrement le lieu pendant au moins 15 jours. Les compagnies pourront proposer des spectacles, inviter des artistes, organiser des rencontres et des ateliers autour de leur travail. Je veux permettre au public de ne pas juste consommer un spectacle mais de découvrir toute une démarche artistique. Et de rendre possible pour une compagnie de rencontrer les publics.»

Un exemple d’axe que vous souhaitez développer ?

« Je veux développer un axe sur les « histoires », celles qu’on raconte aujourd’hui aux jeunes et aux moins jeunes. Voir de quelles manières, dans le cadre des arts vivants, on leur raconte des histoires dans un environnement où, aujourd’hui, tout est transformé en histoire. Le storytelling est utilisé partout, dans les médias, le marketing et la politique. Ce sera à la fois un axe de réflexion et un moteur pour animer les ateliers. »

Quelle est la spécificité du théâtre jeune public ?

« La particularité du théâtre jeune public est dans le spectateur, c’est le public. On ne fait pas un spectacle pour des enfants de 4 ans ou de 10 ans de la même manière, on aborde pas un thème comme la mort de la même manière. Il y a, par exemple, une jauge à respecter pour assurer la qualité de réception du spectacle. Les enfants ne connaissent pas encore les codes du théâtre, ils vont « vivre » le spectacle, c’est très spontané. Un enfant n’est pas fondamentalement différent d’un adulte, mais leur expérience l’est. L’intérêt avec le jeune public est de prolonger le spectacle afin que chaque jeune spectateur puisse recréer à sa façon, poursuivre ce qu’il a imaginé en voyant le spectacle, mais aussi comprendre. Pas dans un sens rationnel, mais dans le sens de cum prendere, de prendre avec soi, de faire sien. Un spectacle touche aux émotions, réveille les sensation et met le cerveau en marche. Et les trois ne vont pas l’un sans l’autre. Un adulte aura plus tendance à cloisonner ces éléments, alors que chez l’enfant, ils font un tout. Le défi est néanmoins de proposer des spectacle à tous les publics, même adulte. Le spectacle permet d’éveiller et d’ouvrir un espace de liberté qui permet de s’émanciper. »

Quelle est la particularité de la Montagne magique ?

« La Montagne magique est un lieu unique. C’est exceptionnel qu’une ville investisse dans un lieu entièrement dédié au jeune public. Et d’avoir laissé aux directeurs la liberté de développer un projet dans son ensemble et sur le long terme, c’est rare ! C’est une référence dans le monde professionnel. C’est un lieu qui accueille des spectacles étrangers et ça, il n’y en a pas tellement non plus. Au travers des publications, des rencontres, des colloques organisés, la Montagne magique est aussi devenu un lieu de réflexion sur la pratique théâtrale et sur l’éducation par l’art. Il y a une équipe très dynamique et investie dans le projet et c’est une chance. C’est un lieu qui fait rêver, avec tous ses escaliers. Un lieu aux atmosphères très différentes et un lieu dans lequel on peut se perdre. En tant qu’adulte, j’y retrouve la sensation d’enfant de pouvoir me perdre dans l’inconnu ».

Anne-Catherine Kroonen prendra ses fonctions dès le 1er janvier 2015 et bénéficiera de l’expérience des directeurs, Roger Deldime et Jeanne Pigeon, qui resteront à ses côtés jusqu’à la fin de la saison 2014-2015, en juin. Les fondateurs seront mis à l’honneur à l’occasion d’une grande fête au mois de septembre 2015.

Communiqué de presse « Nouvelle direction générale et artistique à la Montagne magique » – 20.10.2014

Articles associés