Renaissance d’une œuvre d’exception

Assistez, en live, dès le 12 décembre à l’impressionnant chantier de restauration entrepris au Musée de la Ville de Bruxelles qui redonnera tout son éclat à une œuvre unique et exceptionnelle : le « Martyre de saint Paul », carton de tapisserie du peintre flamand Pieter Coecke. Une nouvelle exposition accompagnera en parallèle ce travail de longue haleine qui s’achèvera en avril 2017.

L’œuvre de Pieter Coecke issue des collections du Musée de la Ville de Bruxelles date de la première moitié du 16ème siècle. A cette époque, Bruxelles excelle dans la production de tapisseries. Celles-ci sont exécutées à partir de « cartons » qui servent de modèles aux tisserands. Le « Martyre de saint Paul » est le dernier carton d’un cycle consacré à l’histoire du saint ; tous les autres, exceptés quelques fragments, ont disparu. Sa valeur est inestimable. De manière tout à fait extraordinaire, le Musée de la Ville de Bruxelles conserve une œuvre textile de la fin du 17ème, elle-même restaurée, réalisée par le tapissier bruxellois Albert Auwercx et directement confectionnée à partir de ce carton. Ces deux oeuvres forment un ensemble remarquable.

Pieter Coecke (1502-1550), l’un des plus grands peintres de l’époque est originaire d’Alost. Peintre de Charles Quint et de sa soeur Marie de Hongrie, Pieter Coecke est reconnu de son vivant comme un artiste universel et un inventeur fécond. Le Metropolitan Museum of Art (New-York) lui consacrait une exposition en 2014 « Grand Design: Pieter Coecke van Aelst and Renaissance Tapestry ». A cette occasion, le MET avait sollicité en prêt l’impressionnant carton. Fortement dégradé au cours du temps, affaissé et craquelé, il était intransportable dans son état actuel. Conscient de la valeur exceptionnelle de cette œuvre, le Musée de la Ville de Bruxelles a alors entrepris une campagne de récoltes de fonds et s’est adressé à l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA) en vue d’une restauration fondamentale. Des études préliminaires ont eu lieu en 2012 et 2013.

Cette année, le 9 novembre, la restauration a pu véritablement démarrer. La première étape fut le décrochage du carton de 3m40 sur 3m82 et la préparation de celui-ci pour la restauration. Il a été ensuite roulé et monté au second étage de la Maison du Roi sur un cylindre spécial. Conçu pour l’occasion, un véritable atelier muni d’un plan de travail sur mesure et de parois vitrées a été installé sous la charpente néogothique du Musée. Cette installation exceptionnelle permettra au public d’assister en direct à cette restauration, d’en comprendre le déroulement et les enjeux. Elle sera menée par une équipe de dix restaurateurs belges et français pendant les 18 prochains mois, jusqu’en avril 2017, sous la direction d’Hélène Bartelloni. Spécialiste en restauration de cartons, elle a notamment travaillé pour le Musée du Louvre.

Parallèlement à sa conservation, la restauration contribuera à parfaire la connaissance du carton : en préciser la datation, mieux comprendre sa genèse artistique et son usage au cours du temps. Pour orienter le travail, un comité international composé, entre autres, de professionnels du Victoria and Albert Museum de Londres, du Metropolitan Museum of Art de New York, du Musée du Louvre, de la Bibliothèque royale de Belgique, de l’Institut royal du Patrimoine et du Musée du Cinquantenaire, encadre cette restauration.

En commentaire et en parallèle à celle-ci, une exposition, sous le commissariat de Cécilia Paredes, invite à l’exploration de l’univers artistique et historique de cette œuvre insolite : Renaissance d’une œuvre d’exception : le carton de tapisserie de Pieter Coecke, dès le 12 décembre et jusqu’à la fin de la restauration. Gigantesque fresque de papier, le carton condense la vitalité et les préoccupations d’une époque en pleine mutation : la Renaissance.

Ce projet (restauration et exposition) est estimé à 600.000 euros. Il est rendu possible grâce à l’investissement propre de la Ville de Bruxelles et de nombreux sponsors, dont la Fondation Roi Baudoin. Il contribue à valoriser les collections de la Ville de Bruxelles et à sensibiliser le public à son formidable patrimoine.

Dès le 11/12
Du mardi au dimanche
De 10h à 17h, le jeudi jusqu’à 20h.
Fermé le lundi et les jours fériés.
8 € ou réductions

Musée de la Ville de Bruxelles
Grand-Place
1000 Bruxelles
Plus d’infos

Articles associés

Laisser un commentaire