Les beaux jours sont de retour et l’art urbain aussi !

Ces dernières semaines, plusieurs projets en lien avec l’art urbain ont pris place à Bruxelles. Certains mûrissent depuis quelques mois, comme l’exposition Strokar. D’autres sont arrivés aussi spontanément qu’ils sont repartis, comme les installations de JR ou de Marie Skeie. Une chose est certaine, la Ville de Bruxelles attire de plus en plus les artistes et elle s’en réjouit !

Un mois après les attentats, le projet « Inside Out for Belgium » a vu le jour sur la place Poeleart le 22 avril : près de 300 portraits de Bruxellois(es) recouvraient celle-ci. Des sourires, de toutes les couleurs, de l’humour et de la solidarité au pied du Palais de Justice et face au panorama bruxellois ; une belle image. Cette installation de l’artiste JR a été réalisée avec l’aide de la Ville de Bruxelles et le dynamisme de Ohana Nkulufa.

La semaine suivante, l’artiste Marie Skeie a contacté le Service Culture pour réaliser une installation intitulée « It’s all for nothing ». Le concept, très éphémère, consiste à poser 500 euros en pièces de 10 centimes sur le sol pour dessiner les frontières européennes. Le montant correspond aux sommes réclamées par les passeurs aux immigrés qui rêvent de rejoindre la bannière bleue étoilée. L’artiste norvégienne voulait interroger les passants dans une ville symbolique, Bruxelles, et sur une place symbolique, la Place de la…Monnaie. Cette installation a été réalisée, le 29 avril, en complicité avec le festival « The Crystalship » de la Ville d’Ostende. Ce dernier a accueilli de nombreux artistes belges et internationaux à la fin des vacances de Pâques pour réaliser 20 œuvres murales et de nombreuses petites interventions.

Les anciens établissements Vanderborght accueillent depuis le 11 mai une nouvelle exposition dédiée à la culture urbaine : Strokar. Plus de 100 artistes belges et internationaux y sont présentés, à l’initiative du photographe Fred Atax. Parmi eux, Jef Aérosol, Otto Schade, El Seed, Denis Meyers, Toxic, Kool Koor, Ose, Levalet, Nova Dead, Parole, Eyes-B, Jean-Luc Moerman, Jaune et beaucoup d’autres. Le résultat, plus de 250 œuvres originales, mais aussi une rampe de skate et des installations surprises, est à découvrir jusqu’au 31 mai, 50 rue de l’Ecuyer (de 11h à 19h, entrée libre.)

A cette occasion, l’artiste chilien Otto Schade a été invité à réaliser une fresque murale de 100 m² rue de l’Eclipse. En plein centre-ville, cette nouvelle œuvre monumentale vient compléter le parcours Street Art que Karine Lalieux développe depuis plus de deux ans sur le territoire de la Ville de Bruxelles.

D’autres nouvelles fresques ont également fait leur apparition comme celle, le 28 avril, de l’artiste colombienne Gléo qui était invitée par Recyclart à peindre un mur du centre sportif de la Roue dans la rue Terre neuve. Le collectif Urbana a rafraichi les pylônes sous le ring, à Marius Renard, avec l’exposition « les géants d’Anderlecht » inaugurée le 1er mai et qui rassemble quelques grands noms du Street Art belge. Le collectif FarmProd a eu le privilège, en ce début mai, de repeindre le fameux skatepark des ursulines dans un style unique qui leur appartient.

street art2

Si toutes ces nouveautés vous ont donné envie d’en voir davantage, vous êtes invités à découvrir la fresque de Shake et Defo, réalisée en concertation avec les habitants du quartier Jardin aux Fleurs. Celle-ci est inaugurée, ce 20 mai, rue de la Verdure.

 

Articles associés

Laisser un commentaire