NUIT BLANCHE conteste !

L’arrivée de l’automne ne refroidit ni la Ville de Bruxelles ni les artistes qui vous attendent ce samedi 6 octobre dès 19h pour une nouvelle édition de NUIT BLANCHE. Cette année, cette nuit dédiée à l’art contemporain se tiendra dans le quartier des Marolles sur le thème de la contestation.  

A l’instar d’autres villes (dont Paris qui a initié l’événement en 2002), Bruxelles met une nuit par an la création contemporaine à l’honneur de manière exceptionnelle. Et ce au travers d’un parcours urbain nocturne éphémère : NUIT BLANCHE. Des rues, des lieux connus ou insoupçonnés de la Ville sont ainsi revisités, au dehors et au-dedans, par des dizaines d’artistes contemporains venus d’ici et d’ailleurs. Outre la redécouverte de sa ville, NUIT BLANCHE permet ainsi de se familiariser aussi à l’art contemporain hors des cadres habituels.

Chaque année, cet événement se réinvente tant du point de vue de son implantation que de sa programmation. Après deux éditions passées dans des quartiers plus décentrés (le quartier européen et le quartier Notre-Dame-aux-Neiges), NUIT BLANCHE revient au centre-ville, dans les Marolles. Le quartier a été choisi pour son histoire contestataire. Car, à l’instar de toutes les institutions et plusieurs événements culturels de la Ville de Bruxelles, NUIT BLANCHE s’intègre à l’année thématique : « 2018. Année de la Contestation ». Une initiative lancée par l’Echevinat de la Culture à l’occasion des 50 ans de Mai 68 afin d’interroger la contestation par le biais de la culture. Après les frontières en 2016  et les jeux de pouvoir en 2017, NUIT BLANCHE poursuit donc son exploration des thématiques engagées. Ce fil rouge traversera toutes les créations présentées sur le parcours 2018.

Cette édition présente 22 projets dont 13 d’artistes belges ou installés en Belgique et compte près de 120 artistes et performeurs. Découvrez les tous ici. Outre la contestation et la révolte, cette édition sera particulièrement marquée par des projets féminins, par des disciplines urbaines et par une diversité des origines. Le Centre culturel Bruegel, les Brigittines, les Archives de la Ville, les Bains de Bruxelles, le CHU Saint-Pierre, la Cité Hellemans, l’école Baron Steens, l’Ecole Catteau-Victor Horta, l’Eglise Notre-Dame de la Chapelle, l’Institut Diderot, la Maison de jeunes « le 88 », Pin Pon et bien d’autres vous ouvriront leurs portes. 200 bénévoles assureront le bon déroulement de l’événement organisé entièrement par le Service de la Culture de la Ville de Bruxelles.

Afin d’être accessible au plus grand nombre, l’événement est gratuit. NUIT BLANCHE porte également une grande attention à l’accessibilité du parcours à tous les publics (notamment porteurs de handicap) et à la médiation. Des médiateurs, coachés par les artistes, sont présents un peu partout sur le parcours pour expliquer les œuvres. Cette accessibilité de l’événement a d’ailleurs été récompensée cette année par le prix Accessibilité de CAP48.

Que vous soyez experts ou novices en matière d’art contemporain, venez donc fouler le sol des Marolles jusqu’ à 3h du matin à la rencontre des installations, performances et projets itinérants de cette édition 2018.

Plus d’infos

Articles associés

Laisser un commentaire