Quand le Street Art fait le mur

Transformer un panneau publicitaire en espace d’exposition d’art urbain à ciel ouvert, tel est le principe du M.U.R, imaginé par l’association française du même nom. Depuis 2007, le M.U.R installé à Paris accueille régulièrement une nouvelle œuvre. A l’instar des collages d’affiche, chaque œuvre vient recouvrir la précédente. Le concept débarque à Bruxelles à l’initiative de l’asbl Costik. Il est soutenu par l’Echevinat de la Culture dans le cadre de sa politique Street Art. Sa version bruxelloise sera inaugurée le 20 juillet prochain à 13h en présence de l’artiste belge MATAONE, à l’entrée de l’ancien GB 58 (rue du marché aux poulets, 1).

Le M.U.R pour modulable, urbain et réactif, emprunte à l’affichage publicitaire son support (un panneau de 3 mètres sur 9) et son fonctionnement (une superposition de collages). Dédié aux artistes urbains, le M.U.R les invite à réaliser en atelier une œuvre éphémère à coller. Les modes d’interventions sont libres et multiples : acryliques, encres, aérosols, collages ou performances en direct. Ainsi, l’art prend la place de la publicité dans la rue et se fait accessible à tous. Pour les artistes, c’est une opportunité originale d’occuper un espace d’exposition non-marchand.

Le principe a séduit l’asbl Costik qui l’importe à Bruxelles en collaboration avec l’Echevinat, Urbana et le Montanashop. Le premier artiste à y laisser sa trace est le belge MATAONE. Son nom signifique « Maintain Anarchy Through Art ». Engagé dans le mouvement graffiti depuis 1996, il est reconnu pour son travail qui mixe les styles et les techniques : graffiti traditionnel, aérosol… Il nous emmène dans un monde fantastique aux nuances anarchiques, teinté d’humour noir et d’ironie. Son travail surprend, parfois dérange, mais ne laisse personne indifférent. On retrouve ses œuvres aux quatre coins du monde.

Le M.U.R se verra orné chaque mois d’une nouvelle œuvre d’art. Pour cette première année, ce seront exclusivement des artistes belges ou résidant en Belgique qui seront présentés. La mémoire de ces oeuvres sera conservée sur le site www.lemurbrussels.com. 

Articles associés

Laisser un commentaire