La Ville éveillée par l’art contemporain

Rendez-vous ce samedi 7 octobre dès 19h pour la nouvelle édition de NUIT BLANCHE. Le parcours d’art contemporain se déploiera pour la première fois dans le quartier des Libertés et le Parc royal. Avec ses nombreuses institutions et ses centres décisionnaires, le quartier a inspiré le thème de cette édition : les « jeux de pouvoir ».

L’ADN NUIT BLANCHE, c’est la découverte des lieux insolites, méconnus ou habituellement fermés au public combinée à la découverte de l’art contemporain dans un cadre inhabituel. Depuis 2003, ce savant mélange garde plusieurs milliers de Bruxellois en éveil le premier samedi du mois d’octobre.

Traditionnellement organisée dans le centre-ville, NUIT BLANCHE s’est décentralisée pour la première fois l’an dernier en investissant le quartier européen sur la thématique des frontières. Cette exploration des quartiers décentrés se poursuit cette année. NUIT BLANCHE poussera ce 7 octobre les portes des institutions du quartier des Libertés : le Sénat, la Chambre des Représentants, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, De Lokketen du Vlaams Parlement, le Cercle gaulois, le Vaux-Hall, la Galerie du Parlement mais aussi des instituts, des écoles et d’autres lieux en espace public dont le Parc Royal, centre névralgique de l’événement. Pour cette édition encore, NUIT BLANCHE a choisi un thème fort, POWER GAMES, en lien avec le quartier qui concentre de nombreuses incarnations du pouvoir et du contre-pouvoir (politique, royauté, religion, finance, cercles d’affaire, lobbies ou encore médias). Outre la sphère publique, NUIT BLANCHE s’intéressera aussi aux jeux d’influences qui s’opèrent dans la sphère privée.

Cette année, 20 projets innovants dont 7 créations (installations, performances, concerts et projets itinérants) ont été retenus par le jury NUIT BLANCHE. Ceux-ci seront réalisés par quelque 130 artistes et performeurs belges et étrangers. Citons, parmi eux, les artistes de renom, Roger Bernat à la CGSP Bruxelles (FGTB Services publics), la compagnie Willi Dorner et son projet itinérant, Action Hero à l’Ecole Fondamentale Congrès-Dachsbeck, Lawrence Malstaf à la Galerie du Parlement ou encore Kris Verdonck au Vlaams parlement. Citons aussi les artistes belges fidèles à  NUIT BLANCHE que sont Michael Langeder déjà présenté en 2011, Anne Rispoli en 2012 et Klaus Verschuere en 2014. NUIT BLANCHE donne aussi la chance à des créations belges : celles de Matthieu Zurstrassen ou encore de Loop-S et Airport Society. La Monnaie et le CIFAS seront à nouveau de la partie.

Gratuit, ce laboratoire artistique éphémère se veut participatif et ouvert à tous. Afin de rendre cette accessibilité encore plus concrète, l’équipe a mis en place différents projets de médiation : des visites adaptées à tous les publics (en ce compris malvoyants, malentendants, et PMR) ; une nouvelle équipe de médiateurs bénévoles qui sera présente le soir-même pour expliquer les œuvres au public et une toute nouvelle radio participative NUIT BLANCHE, en collaboration avec l’asbl GSARA, qui sera installée au kiosque du Parc royal. Un travail est par ailleurs fait auprès des écoles de la Ville de Bruxelles avec les élèves de secondaires sur deux projets phares, celui d’Aria Di Potenza sur les discours politiques et celui de Syada sur le harcèlement de rue.

Chaque édition est unique, raison de plus pour n’en rater aucune. Préparez d’ores et déjà votre visite ici ou improvisez le soir même grâce à l’application « What’s Next ». A samedi !

 

 

Articles associés

Laisser un commentaire