KVS et Théâtre National, des liens de cœur et de sens

On ne présente plus le KVS (Koninklijke Vlaamse Schouwburg), maison de production et de création théâtrale très importante, implantée rue de Laeken, dans l’ancien arsenal de Bruxelles. On le sait peu, mais le KVS est un théâtre qui appartient à la Ville de Bruxelles. Le KVS et son voisin, le Théâtre National, se sont associés depuis une dizaine d’années autour d’opérations de collaborations et d’échanges au sein de leurs programmations respectives. Elles étaient rassemblées sous l’appellation bien bruxelloise « Toernee General ». Pour la saison 2015-2016 qui démarre, ils ont décidé de sauter le pas et ont rassemblé, dans un seul programme, l’entièreté des spectacles programmés dans les 2 lieux ! Un véritable mariage de cœur, qui a donné naissance à une saison baptisée « Toernee Capitale ». Patrick De Coster, attaché de presse du KVS, nous a expliqué le sens de cette opération.

D’où vient l’opération « Toernee Capitale » ?

La collaboration avec le Théâtre National remonte à 2006. Cette mise en commun de la programmation est née d’une vision partagée de ce que devrait être, aujourd’hui, un théâtre de ville à Bruxelles. Depuis plus de 10 ans maintenant, le projet du KVS s’est efforcé de proposer une ouverture à toutes les communautés de Bruxelles : tous les spectacles sont surtitrés en français et en anglais, nous collaborons avec des artistes francophones ou d’autres origines, comme Sam Touzani par exemple, nous affichons clairement notre intérêt pour le multilinguisme, qui nous semble appartenir au futur de chaque grande ville. Ce réseau de sens nous a amenés vers un partenaire, le Théâtre National, qui défend la même démarche. Et qui se situe à deux pas du KVS. C’est donc parti d’un geste de rencontre et d’une envie de travailler au-delà des frontières communautaires.

Vous avez brisé un mur qui existait entre les deux lieux ?

Oui. Avec d’autres lieux francophones également, comme le Théâtre les Tanneurs. Historiquement, avant « Toernee Capitale », notre opération commune avec le Théâtre National s’appelait «Toernee General ». Nous choisissions alors d’échanger certains spectacles entre nos salles respectives ou d’en coproduire entre les deux maisons, par exemple, des spectacles de Tom Lannoye ou de Josse De Pauw. Tout cela dans une volonté de mélange et d’échange de nos publics. Aujourd’hui, au KVS, notre public est composé d’environ 35 à 40% de gens qui ne sont pas flamands d’origine. C’est donc un travail à long terme que nous avons voulu mener symboliquement encore plus loin et qui a mené à « Toernee Capitale ».

Donc cette opération va au-delà d’une opération de communication ?

Absolument. Disons qu’à partir d’une vision artistique commune, basée sur une volonté de parler de la ville, de ses habitants et du monde actuel, nous avons conçu cette opération spécifique de mise en commun des programmations dans un seul et même programme.

C’est quoi pour vous un « théâtre de ville », aujourd’hui ?

C’est un théâtre qui a comme point de départ une volonté de montrer la diversité de la ville, d’inviter tout le monde à la découvrir et de permettre à chaque habitant de se retrouver dans ce que le KVS propose. Bruxelles est un laboratoire pour la Belgique du futur.

Retrouvez toute la programmation de « Tournee Capitale » dans la brochure.

KVS
9 Quai aux Pierres de Taille
1000 Bruxelles
Plus d’infos

Théâtre National
Boulevard Emile Jacqmain 111-115
1000 Bruxelles
Plus d’infos

Articles associés

Laisser un commentaire