Rendez-vous au Kunstenfestivaldesarts

Welcome to Caveland ! Cette année, le Kunstenfestivaldesarts vous invite dans sa grotte. Pas celle du repli sur soi, mais celle du retour à soi. Depuis son centre installé aux Brigittines, le Kunstenfestivaldesarts multiplie les rendez-vous : plus de 130 rencontres à découvrir encore jusqu’au 28 mai.

Pointu et novateur, ce festival consacré à la création artistique contemporaine internationale n’en est pas moins accueillant et fédérateur. Il multiple, depuis plus de 20 ans, les collaborations avec les institutions belges et bruxelloises et les artistes, émergents ou confirmés, du monde entier. Pour cette 21ème édition, 35 projets dont de nombreuses créations et coproductions réunissent plus de 370 artistes venus de 17 pays. Leurs visions et leurs langages s’y confrontent dans des formats inédits qui défient le courant dominant et élargissent la notion d’arts vivants.

Ce sont les Brigittines qui accueillent le quartier général du festival et son fameux « Welcome to Caveland ! ». Ce projet, imaginé par le plasticien et scénographe Philippe Quesne (FR), réunit durant dix jours des propositions artistiques et théoriques. Il est conçu comme un laboratoire où se creusent et s’échangent les idées et les pratiques. Outre Philippe Quesne, une autre figure centrale, le cinéaste Apichatpong Weerasethakul (TH), se trouve à l’affiche de cette édition. On y retrouve également quelques artistes fidèles du Kunstenfestivaldesarts comme les quatre metteurs en scène Richard Maxwell (US), Milo Rau (DE), Toshiki Okada (JP) et Amir Reza Koohestani (IR). Cette année, un focus particulier est fait sur les artistes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ainsi que d’Asie. Parmi eux, le jeune metteur en scène Omar Abusaada (SY), l’artiste Wael Shawky (EG) ou encore Yudai Kamisato (JP). A côté de cela, le festival n’en oublie pas la scène belge contemporaine, avec Jef Wouters ou Sarah Vanhee par exemple, ni la scène bruxelloise, avec Thomas Hauert, Salvatore Calcagno ou encore Thierry de Mey.

De nombreuses institutions leurs ouvrent leurs portes : les Brigittines, la Bellone, le KVS, les Tanneurs, le Kaaitheater, le Beursschouwburg, le National, le cinéma GALERIES… pour des temps de création mais aussi de réflexion (workshops, conférences, expositions et bien d’autres). Découvrez ici, par jour, la programmation.

Le festival s’inscrit également dans l’espace public pour ouvrir l’art au plus grand nombre. Soulignons, à ce titre, l’installation de Younes Baba Ali (MC), Galerie Ravenstein, qui questionne le phénomène de migrations. Dans cette même optique, le festival a développé le projet Chicago avec la Maison de Jeunes Chicago où les jeunes sont invités à certains spectacles et à donner, après cela, leur avis face caméra.

Deux démarches qu’encourage l’Echevinat de la Culture qui soutient, par ailleurs, ce festival urbain et cosmopolite depuis plusieurs années. Dès sa prise de fonction, Karine Lalieux, s’est engagée à augmenter sa contribution de 5.000 € chaque année (le subside de la Ville s’élevait alors à 60.000 €) pour atteindre 80.000 €. Promesse tenue !

Articles associés

Laisser un commentaire