Préserver l’éphémère

Collecter aujourd’hui les matériaux qui permettront demain d’écrire l’Histoire, telle est la mission d’un service d’archives. A ce titre, les messages déposés spontanément à la Bourse et à la station de métro Maelbeek suite aux attentats du 22 mars ont été progressivement photographiés et collectés par les Archives de la Ville de Bruxelles. Ils y sont désormais conservés. Retour sur cette initiative.

Placés à même le sol et en plein air, le mémorial éphémère et spontané mis en place à la Bourse ainsi que les marques et les messages déposés aux différentes entrées de la station Maelbeek ont rapidement été menacés par les intempéries. A l’instar d’autres villes européennes touchées par la barbarie, la Ville de Bruxelles a souhaité sauvegarder les traces de cet élan de solidarité et conserver la mémoire collective.

Dès le 24 mars, le Service des Archives a donc hérité d’une première mission consistant à photographier les messages inscrits sur le sol et les murs à la craie. Les conditions climatiques ont précipité la mission suivante : collecter les messages écrits sur papier ou sur carton afin de garder une trace tangible et exploitable de ce qui a été déposé. Les premières collectes ont été réalisées avec l’aide des Services de la Voirie et de l’asbl Bravvo. Tout ce qui n’a pas pu être récupéré (fleurs, bougies, babioles…) a été, dans la mesure du possible, photographié.

Qu’adviendra-t-il de ces messages? A l’heure actuelle, la collecte et la mission photographique se poursuivent et la phase de séchage est réalisée au fur et à mesure des collectes. Les messages devront ensuite être nettoyés superficiellement, puis cotés, datés et localisés, inventoriés et ensuite seulement numérisés. L’objectif in fine est que ces traces puissent servir aux chercheurs et aux générations futures. Le Service des archives aura alors pleinement rempli sa mission de conservation des traces du présent, pour les générations à venir.

photos archives

 

 

 

Articles associés

Laisser un commentaire